Chronique du Tourilli – Chasse à l’orignal

Dans cette édition, on parlera du moment de l’année que l’on attend tous avec impatience, la Chasse à l’orignal. Il n’est pas toujours facile de trouver ces bêtes quand la forêt est mature et qu’il n’y a pas de bûché qui nous donne une vision privilégiée. Dans cette situation, le succès passe souvent par l’aménagement et la connaissance de son territoire, ou zone de chasse.

C’est dans cette optique que nous avons effectué plusieurs aménagements afin de faciliter la tâche à nos chasseurs et d’augmenter leurs chances de récolter un orignal. Sur chacune des 5 zones, nous avons fait au moins 4 salines accompagnées de miradors pour un total de 20 sites de chasse. De plus, chaque site est équipé d’une caméra de surveillance Spypoint qui nous permet d’observer les comportements et d’identifier les différents orignaux qui fréquentent le site. Un poteau à orignal, de Michel Therrien, est également placé près du bloc de sel. Durant l’été, le poteau est régulièrement aspergé d’urine pour mettre en confiance les orignaux. À l’automne, les poteaux se font tous renverser par des mâles qui délimitent leur territoire. Les salines ont été aménagées à des endroits où on avait constaté des indices de présence d’orignaux sur une base régulière. Il s’agit d’un facteur important lorsque vient le temps de choisir son site de chasse.

La moyenne de réussite pour l’ensemble du Tourilli est de 80% pour 2011. Ce taux de succès de 80 % correspond à une donnée très représentative du potentiel cynégétique que représente l’habitat diversifié, aménagé et contrôlé du Tourilli. Un chiffre qui se compare aux standards que l’on observe chez seulement quelques territoires fauniques de la province.

En collaboration avec le Bureau du Nionwentsio, nous avons construit un nouveau chalet au lac Gregory situé sur la zone 20. Ce chalet, qui peut accueillir 4 personnes, est muni de toutes les commodités telles une toilette, eau chaude, douche, cuisine, frigo, éclairage solaire et chauffage au bois. Ce chalet a pour but de rapprocher les chasseurs de leur zone de chasse, qui auparavant, étaient logés dans les chalets Ste-Anne à plus de 20 km. Les chasseurs passent maintenant plus de temps et d’énergie à la chasse tout en économisant de l’essence. La proximité du logis et l’aménagement de la zone ont donné des résultats dès la première année, la zone passant de 20% de taux de réussite à 60%.

 

Moyennant des coûts supplémentaires, il est possible de solliciter les services d’un guide compétent qui connaît le territoire et les techniques de chasse approuvées. Une fois la bête récoltée, notre chambre froide qui est à la disposition des chasseurs est grandement appréciée car ces derniers peuvent profiter de leur séjour en toute quiétude.

Malgré tous les aménagements réalisés, la protection des femelles et le suivi des orignaux récoltés sont essentiels à une saine gestion d’un territoire. C’est à nous tous de préserver cette ressource inestimable.


Comments

comments

Powered by Facebook Comments

Contactez-nous (info@chassequebec.com)