L’énigmatique pousse d’un panache, sa découverte au sol et l’artiste qui lui redonne vie !

C’est en avril que la plupart des cervidés mâles connaissent un premier bourgeonnement des bois. Les premières pousses, qui deviendront des panaches, croissent sous forme de protubérances, pour éventuellement former la base des merrains principaux. Durant la croissance des bois, ceux-ci sont recouverts de velours et ils comptent d’innombrables tissus vascularisés. C’est la lumière du jour qui influencera la plupart des réactions hormonales cycliques chez les cervidés. Les bois peuvent ainsi croître jusqu’à 1 centimètre par jour en juillet.

À la fin août, la diminution de la lumière du jour affectera le système glandulaire des cervidés, provoquant ainsi une diminution de l’alimentation des tissus, ce qui résultera en l’arrêt de la croissance des bois. L’enveloppe de velours des bois se détachera, laissant ainsi apparaître à la lumière du jour, les premières cornes des panaches qui auront sensiblement la même coloration qu’un os. Ce processus qui a généralement lieu lors des premiers jours de septembre sera suivi des frottages frénétiques du panache du cervidé contre des arbres et arbustes. Les réactions chimiques provoquées par l’abrasion répétée de la sève sur ses bois engendreront la coloration des panaches.

La fin de ce long cycle se termine avec la chute des bois en hiver. Comme les bois sont riches en minéraux, plusieurs rongeurs s’en délectent. Des micro-organismes profitent même de leur présence au sol et de leur vieillissement pour se développer. La vie d’un panache s’étend ainsi sur une période beaucoup plus longue que sa seule croissance. C’est en avril, après la fonte des neiges, que j’effectue mes plus belles cueillettes de panaches tout en songeant à cette nouvelle vie qui reprend son cycle sur la tête des mâles envers lesquels je voue une grande admiration. Pour moi, chaque panache est une entité distincte avec ses propres formes et odeurs. Chaque bois représente une œuvre d’art, et plusieurs de mes trouvailles se retrouvent dans les mains de maître de mon amie et artiste peintre Claudette Boudreau.

 

 


Comments

comments

Powered by Facebook Comments

Contactez-nous (info@chassequebec.com)