Chasse au dindon en Ontario

Par Éric Guay

Depuis quelques années, j’ai l’opportunité de chasser le dindon sauvage en Ontario, dans la région d’Ottawa. Le weekend dernier était le premier weekend de leur saison. Comparativement au Québec, la saison de chasse au dindon ouvre plus tôt en Ontario et ferme plus tard au printemps (règlement de la chasse au dindon sauvage en Ontario). Bien que la date d’ouverture de cette chasse (25 avril) est, en théorie, plus favorable au chasseur que la date d’ouverture au Québec (4 mai), il n’en était rien le weekend dernier.

Le vent, l’ennemi que nous craignions tous pour certaines de nos chasses, était au rendez-vous! Aussitôt sorti de chez moi à 4:00 du matin, j’ai compris que ma journée de chasse serait difficile. Les dindons sont des animaux très craintifs qui se fient principalement à leur ouïe (ils entendent quatre fois mieux que les humains) et leur vision, deux sens qui représentent en quelque sorte leur système d’alarme… Avec des vents de 40 km/h samedi matin, je savais qu’ils seraient plus timides dans leurs déplacements et qu’il leur serait plus difficile d’entendre mes appels. Ayant uniquement accès à un terrain de chasse limité sur le plan de la superficie, soit une vingtaine d’acres, je devais faire venir les dindons à moi pour espérer en récolter cette journée-là.

Une fois installé dans ma cache vers 5:15, j’ai pu, dans les minutes qui suivirent, localiser les mâles grâce à leurs vocalises. Quelques mâles étaient perchés à environ 400 m sur ma gauche, et un autre était perché à environ 500 m sur ma droite. Avec ces données en tête, et en regardant dans mon sac à dos mon petit arsenal d’appeaux pour le dindon (boîte à dinde, bouton poussoir et ardoise), j’ai choisi d’utiliser la boîte à dinde, car je savais que, considérant les conditions météorologiques, cet appeau me permettrait de me faire entendre le plus loin. Avant d’utiliser ce puissant appeau pour faire mes appels, je me devais par contre d’utiliser quelque chose de moins puissant, au cas où des dindons seraient près de moi, mais ne se seraient pas manifestés durant la période de vocalises matinales. J’ai donc commencé mes appels en utilisant l’ardoise et en produisant des purr et des yelps légers. Après une trentaine de minutes à effectuer ces appels, et n’ayant pas eu de réponse, j’ai décidé d’utiliser ma boîte à dinde pour produire les mêmes appels tout en ayant la possibilité de me faire entendre plus loin, étant donné la force du vent. C’est après environ 45 minutes passées à effectuer ces appels que deux mâles juvéniles, très nerveux et de bonne taille, sont finalement apparus sur ma gauche. Ils ont toutefois rapidement senti le guet-apens et sont disparus au vol sans que je ne puisse essayer un tir.

Bien que ma stratégie ait partiellement fonctionné, mon erreur dans cette situation, fut probablement de ne pas avoir suffisamment espacé mes appels (je les faisais aux 6-7 minutes). Comme les pas des dindons sont inaudibles, il est probable que ceux-ci se trouvaient trop près de moi lorsque j’ai effectué ma dernière série d’appels. Ainsi, la force des appels les aurait possiblement convaincus d’une supercherie. Malgré que la chasse au dindon soit encore récente au Québec, ces bêtes apprennent rapidement de la perte de leurs compagnons et deviennent donc encore plus méfiantes. D’ailleurs, dans certains états américains, les dindons se sauvent à la seule vue d’un pick up qui s’arrête sur le bord du chemin! Bien que nous n’en soyons pas là au Québec, nous devons nous attendre à ce que le comportement du dindon change avec la popularité de cette chasse en constante augmentation. Merci à Jean-Pierre Ouellet pour la photo.

Bonne chasse ce weekend


Comments

comments

Powered by Facebook Comments

Contactez-nous (info@chassequebec.com)